Bonjour / konichiwa


Depuis mercredi 7 février, le manga Tinta Run édité chez Glénat est sorti, il est en vente dans toutes les librairies au prix abordable de 6,90. La rédaction Gaman a décidé de se pencher un peu plus sur cette oeuvre et sur son auteur Christophe Cointault autour d'une interview.


Premièrement, présente-toi avec tes mots!
Bonjour, je suis Christophe Cointault, auteur du manga Tinta Run aux éditions Glénat !
Qu'est-ce qui t'a motivé à faire de la bd?
J’ai toujours dessiné. J’ai grandi avec de nombreuses influences BD et surtout manga, ainsi que les jeux-vidéos. L’art de raconter des grandes histoires sur des petites cases me fascine ! J’ai donc essayé d’apprendre à faire mes propres histoires, pour retrouver ces sensations d’aventure que j’ai adorées étant enfant.
Comment t'es venue l'idée de Tinta Run? 
Après avoir fini ma première série en autoédition en 2016, je cherchais une thématique pour construire un nouvel univers. C’est alors que je me suis plongé dans l’antiquité, période que j’affectionne, et la figure des scribes est ressortie. Elle m’a parue tellement intéressante que les idées sont rapidement venues ! J’étais persuadé que l’on pouvait faire un bon shonen avec la symbolique du pouvoir par l’écriture, un monde plein de frontières, mélange de nos civilisations antiques et de modernité, et l’idée de se libérer de l’ordre établi. Le concept de Tinta Run était né !
Quelles sont tes principales Inspirations? 
Les grandes figures du shonen populaire, comme Dragon Ball, One Piece ou Naruto. Je m’y replonge régulièrement, toujours avec autant de plaisir. Mais aussi les jeux-vidéos (The Legend of Zelda a beaucoup inspiré Tinta Run), le cinéma, l’histoire des civilisations passées, l’actualité… ainsi que la vie de tous les jours, une source d’inspiration inépuisable !
De quoi parle Tinta Run? 
C’est un shonen « à la française » dont le thème principal est la liberté. Nous suivons le jeune Arty Henrix, dans le monde imaginaire de Phinéa. Ce monde est régi par des lois strictes, établies par les puissants Tinters. En effet, ce sont eux qui, grâce aux pouvoirs de la Tinta, président aux destinées du peuple. Arty a 16 ans et doit faire un stage pour apprendre un « vrai » métier. Mais lui est convaincu de pouvoir devenir un grand Tinter et de changer le monde. Face à son patron tyrannique, il libère ses pouvoirs… et n’a d’autre choix que de partir dans un road-trip bien barré, avec son ami Dumond, le clandestin affable. Une grande aventure l’attend pour essayer de devenir ce fameux Tinter qui changera le monde… et conquérir sa liberté !

Que veut dire Tinta Run? 
 « Tinta » est un mot espagnol qui signifie « encre ». Dans l’histoire, c’est l’énergie qui fait tourner le monde. Une fois que l’aventure d’Arty est lancée, elle ne peut plus s’arrêter, d’où le « Run ». L’idée était donc de relier ces deux notions fondamentales.
Quand as-tu décidé de te faire éditer? 
Début 2016.
Lis-tu des bds amateurs, lesquelles? 
Non. Ou alors quand j’en lis, elles ne me paraissent pas du tout amateur !
Comment s'est passé ton premier contact avec les éditeurs?
Le premier contact fut par mail. Il a fallu quelques mois de travail avant d’être invité chez Glénat pour échanger de vive voix sur Tinta Run. Même si j’étais stressé, ça s’est très bien passé !
As-tu des conseils à donner à ceux qui souhaitent comme toi être édité? 
Il faut prendre le temps de vivre pour savoir raconter de bonnes histoires. Il faut savoir ce que l’on veut pour se lancer pleinement dedans. Dans mon cas, je voulais faire un shonen avec ce qui fait mon identité. J’ai donc cherché à savoir comment on écrivait tel type d’histoire, comment être efficace, et j’ai assumé le fait de mettre en avant les thèmes qui me sont chers. Votre originalité, ce petit truc qui fait la différence, c’est juste ça que les éditeurs aiment ! Ne cherchez pas à copier ce qui existe déjà. N’écoutez pas les défaitistes ou les esprits trop étriqués. Aujourd’hui en France, tout est possible dans le monde du manga ! Si vous êtes prêts à vous concentrer sur votre travail pour créer un beau projet bien écrit et bien dessiné, alors vous avez toutes les chances de vous faire éditer !

Ton manga préféré? 
Dragon Ball, encore et toujours.
Quelles sont tes ambitions concernant l'évolution de ton manga?
J’espère que Tinta Run grandira et amusera le plus de lecteurs possible. Je souhaite faire une grande aventure qui vous fasse rire, vibrer et rêver. En tout cas je prends un plaisir dingue à développer cette série et j’ai beaucoup d’idées en stock !
Interview de M.Gaman

Publicité

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Un p'tit commentaire?

 
Top